La première année où du rock français est présent aux Charrues coïncide à l'ouverture au public en 1994 avec le groupe punk-rock versaillais des Satellites (dont le bassiste est désormais présent chez les Wampas) et Dolly & Co (raccourci en Dolly un an plus tard). Un an plus tard les toulousains de Spook & the Guay viennent foutre le feu sur le champ de Foire.

En 1996 les Innocents débarquent aux Charrues et "colore" la foule... Leur tube qui tourne toujours sur les radios en 2011 et qui est sorti en 1995 sur l'album Post-Partum. Venu sur le champ de foire en 1996, il revient en 1997 tenir compagne à Nada Surf et Jane Birkin. Miossec passe deux années d'affilés aux Charrues et en profite dans une période ou il est entre deux de ses albums Boire (1995) et Baiser (1997) et Blankass défend son album éponyme sorti l'année précédente.

Pour la délocalisation Kerhampuiloise un espoir du rock français passe aux Charrues pour sa première grosse scène : Louise Attaque. Originaire du Loiret, ils signent un album éponyme qu ifait un véritable carton car cousu de tubes comme Je t'emmène au vent, Les nuits parisiennes ou L'invitation. Jean-Louis Aubert fait aussi le déplacement, l'ex Téléphone passe le vendredi sur Glenmor. Pigalle et son charismatique leader François Hadji-Lazaro sont là le dimanche. Retour de Dolly en 1999 le jeudi soir (avec Faudel quand même), premier passage de Matmatah et leur palanqué de tubes qui font frissonner (de peur) les amateurs de rock français. Deux groupes bretons sont à l'affiche : les dingos de Sloy et les funk-bourrins de Freedom for King Kong.

 

En 2000, vendredi soir voit du festif avec la Ruda Salska et Silmarils (qui à l'époque était connu si,si) .Ces derniers remplaçant les Mystic Revelations of Rastafari. Remplacer du reggae par du néo métal balaise... Les groupes français se retrouvent concentrés le samedi soir avec une tête d'affiche : Louise Attaque qui revient deux ans après son premier passage avec un nouvel album Comme on a dit. Ce jour-là les Charrues découvrent un talent qu'ils ne lâcheront pas de si tôt : Matthieu Chédid alias M. Sont aussi présent les festifs Marcel & son Orchestre et Percubaba. Mais le rock français sait aussi être un tantinet énervé avec les rennais de Mass Hystéria et passer dans les beats avec Rinoçerose.

 

La dixième édition est très franco-française avec du rock français en présence et deux événements qui marquent à jamais les Charrues. Noir Désir le samedi et Manu Chao le dimanche. Les Rita Mitsouko auraient du être la troisième tête d'affiche frenchie rock mais non ils ont annulés.Avec Noir Désir, les Têtes Raides passent le samedi aux Charrues, leur mélange de chanson-rock explose tout et ils sont même invités par les bordelais pour interprêter L'iditenté. A signaler aussi le retour de Matmatah le dimanche et la première venue des Mickey 3d en ouverture de Glenmor le vendredi.

 

Avec la débandade de têtes d'affiches en 2002, le rock français se taille une belle part du gâteau pour ... remplacer les annulations. Les Rita Mitsouko et Tarmac (avec une moitié de Louise Attaque) remplacent Patti Smith et Travis le vendredi. Trois retours durant le week-end Spook & the Guay et Yann Tiersen pour la seconde fois. Miossec aussi mais lui il passe la troisième et n'est à boire, ni à baiser mais A prendre. Les nantais des Caméléons et Dionysos confirment leurs réputations scéniques respectives le samedi.

 

Deux têtes d'affiches rock en 2003 pour le samedi soir. Deux anciens qui explosent Mickey 3D avec leur Tu vas pas mourir de rire qui nous a fait respirer tout l'été et le Never trust a guy... des Wampas. Seconde création de Rodolphe Burger sur Kerouac, Alain Bashung est de la partie.

 

Glenmor a fait un braveheart. Pleymo pose son néo-métal le vendredi, cloturant la première soirée de 2004 ils ont vu devant eu le plus gros braveheart qu'ils n'ont jamais vu. Le lendemain AS Dragon, anciens musiciens de Michel Houellebecq nous disent Pas chez moi. et M revient après avoir annulé l'année précédente pour terminer son album.

 

En 2005 les bordelais de Luke sont alors au fait de leur gloire et sont programmé sur Kerouac juste après New Order. Le samedi soir Mickey 3D partagent la tête d'affiche avec Iggy & the Stooges. Assez dingue pour un groupe passé quatre années auparavent en ouverture de la scène Glenmor. L'ouverture de la journée c'est Laëtita Sheriff qui va la faire avec sa pop-rock made in UK, n'oublions pas non l'autre moitié charismatique de Téléphone Louis Bertignac qui se produit aux Charrues quelques huit années après son ancien collègue Jean-Louis Aubert.

 

Le rock français est à l'honneur en cette année 2006 avec la présence des Têtes Raides juste avant Djonny. Le lendemain Rhésus produit sa pop-rock fiévreuse devant le public encore un poil clairsemé de Glenmor vers 17h, à l'instar de son pote brestois Miossec Yann Tiersen passe aussi la troisième aux Charrues. Cali passe le samedi (nos avocats nous ont conseillés de juste le citer) et Babylon Circus pour terminer la journée avec du pouet-pouet-zim-zim c'est la fête. Rodolphe Burger sort la grosse artillerie le dimanche avec pour son Meteor Show Extended des invités classes avec Serge Teyssot-Gay (guitariste de Noir Desir), Arnaud Dieterlen (batteur de Miossec, Bashung ou encore Charlélie Couture) ou Marco de Oliviera (bassiste de Jacques Higelin et Bashung). La folie des valentinois de Dionysos s'emparent de Carhaix après les Pixies, un concert barjot où Un Song for Jedi épique conduit même leur chanteur à relier les deux scènes en slammant.

 

Les Rita Mitsouko et Katerine pour ouvrir les Charrues ça commence pas mal comme débuts pour la scène rock française. Cette même scène qui se voir offrir une soirée le lendemain sur Grall avec des groupes terribles comme Fancy, Nelson et Stuck in the Sound. Didier Zebra y assure les interludes. Les sous-évalués Kaolin se produisent sur Kerouac dans l'après-midi, parce que Kaolin c'est pas que le tube gnan-gnan Partons vite. C'est aussi "Allez" et "De retour dans nos criques" deux excellents albums des montluçonnais.Mass Hysteria est appellé à la rescousse pour palier à l'annulation des Fabulous Trobador, tant pis.  JoeyStarr passe sur Glenmor pour foutre le feu le lendemain. Il y passe avec trois des membres d'Enhancer aux "instruments". Gromanche rien. Si ce n''est le retour de Serge Teyssot-Gay avec son collègue Khaled Al Jaramari pour le projet Interzone. Thomas VDB passe aussi durant les trois jours à la Garenne sauf la soirée du dimanche où il assure une prestation sur la scène Grall vu que Abd al Malik remplace Sinead. Il offre son one man show comique sur le rock, lui qui était avant un journaliste de Rock 'n' Folk.

 

Joudi en 2008 rien. Enfin si les BB Burnes en ouverture du festival mais on préfère oublier. Vendredi un ex-Taxi Girl (mais ou est le garçon ?) Daniel Darc qui remplace AaRON et qui roule des pelles à ses zicos. Troisième passage de Matmatah le samedi et comme on dit la troisième sera la bonne ! Et c'est la bonne puisque c'est leur concert d'adieu. Un déchirement tellement énorme que je suis allé à la scène Grall pour pas pleurer durant ce concert qui a du être génial. Zebramix avait juste avant mis tout le monde d'accord avec des reprises de tubes rock joués live en mélangeant d'autres musiques... Le mashup expliqué aux lecteurs. Avec du Noir Désir, du Rage, du pleins de trucs. La set list traine sur le site allé la voir.

 

Rien de bien rock au niveau français en 2009... Si ce n'est les rennais de Montgomery programmé le vendredi. Sinon c'est la misère. Izia passe le samedi en coup de coeur des programmateurs et le dimanche Serge Teyssot-Gay revient pour la quatrième fois présenter un quatrième projet. Il s'agit de l'album L'Angle Mort réalisé avec son groupe Zone Libre (regroupant aussi le guitariste Marc Sens et le batteur Cyril Bilbeaud) et les rappeurs Casey & James B.

 

En l'an 1 avant la vingtième édition le très rock (si, si) Jacques Dutronc ouvre sur Kerouac avant Muse. Revolver ouvre les Charrues avec son Get around town. Soirée bourinos sur Grall le vendredi avec les rennais de Tagada Jones et le Incredible Picture des très colorés Punish Yourself. Indochine prend la tête d'affiche du samedi. C'est d'ailleurs rare d'avoir un groupe français en tête d'affiche, y'a eu que Noir Dez' avant. Selon eux ils ont fait le Stade de France alors ça les impressionaient pas. Et puis t'façon on s'en fout alors. L'ex Louise Attaque Gaëtan Roussel revient pour présenter son album Ginger. Il est quand même nommé aux Victoires de la musique pour le meilleur album rock et l'artiste masculin. Chapeau bas ! Il a même avec lui en live deux ex de la Mano Jo Dahan à la basse (présent aussi fut un temps à la guitare avec les Wampas) et Philippe Teboul aux percussions. Dans un style épuré les bayonnais de Gojira auront aidé les campeurs à dormir vers deux heures du mat'. Pour ouvrir la journée de clôture les franciliens de Gush sont présent. Une pop-rock efficace digne des 70's, Everybody's God leur premier album est une perle. Plus tard dans la soirée l'abonné aux Charrues : -M- qui va faire un show digne de ce nom entre solos endiablés, course dans le public et gros son.

 

2012, grosse année pour le rock à Kerhampuilh. Mais plutôt le rock britannique et américain puisque seul les Stuck in the Sound étaient présent entre Django Django et Keziah Jones, les ex vainqueurs du tremplin des Inrocks s'en tirent plus que bien et prouvent que le rock français... est loin d'être mort ! 

 

La scène rock française était apparemment plus fournie en 2013 puisqu'on aura vu aux Charrues Lescop, Naive New Beaters et Juveniles le vendredi; Phoenix et La Femme le dimanche ! 

 

Texte by RockFanch

Retour à l'accueil